UA-75118832-3
Quillan un demi-siècle de la vie quillanaise

Bienvenue

Bibliographie.

Madame   TATIANA   KLETSKY   PRADERE   “Le   Livre   du Souvenir”. Monsieur    LOUIS    GOSSE    “100    ans    de    Rugby    à Quillan” Sites web. Le site de Jean-Pierre à Belcaire. Le site du Patrimoine Quillanais. Le site de la commune de Quillan. Le site de Jean-Claude Olive. Collections cartes postales. André Moresqui collectionneur Editeurs cartes postales. Editions Ronso Quillan Editions Jean-François Quillan
Un peu d’histoire sur Quillan. (Un tout petit peu) La   cité,   mentionnée   dès   le   Xe   siècle,   comptait   pour   seigneurs   les   archevêques   de   Narbonne   qui   y   possédaient   un château   dès   le   XIIe   siècle. Au   XIIe   siècle,   un   grand   quartier   neuf   sortit   de   terre   sur   la   rive gauche   de   l’ATAX,   (Aude   actuelle)   apportant   à   la   vieille   cité   un   dédale   de   rues,   que   nous pouvons voir encore aujourd'hui. Au    début    du    XIVe    siècle,    fut    dressé    l'actuel    château,    surplombant    le    moulin    des archevêques,    qui    maintenant    n'existe    plus.    La    ville    s'enferma    alors    à    l'intérieur    de remparts   et   de   fossés,   mais   ces   protections   ne   furent   cependant   pas   suffisantes   pour préserver   Quillan   pendant   les   Guerres   de   Religions.   La   ville   et   le   château   furent   pris   alternativement   par   les catholiques et les protestants. Après ces années de guerre, la cité retrouva sa prospérité.    Grâce   à   l'Aude      Quillan   va   connaitre   sa   première   vocation   industrielle   par   l'utilisation   de   la   force   de   l'eau   :   moulins   à farine,   scies   hydrauliques,   martinets,   roues   d'arrosage...   Ces   activités   s'installèrent   au   bord   du   fleuve   qui   s'avérait être aussi un excellent moyen de transport pour les grumes provenant des forêts avoisinantes. Ce    dernier    point    fut    primordial    au    développement    de    la    ville.    Au    XVIIe    siècle, l'administration    royale    entreprend    une    vaste    "Réforme    Forestière"    et    une    "Maîtrise particulière   des   Eaux   et   Forêts"   est   alors   implantée   à   Quillan.   Dès   lors   des   milliers   de troncs   d’arbres   assemblés   en   radeaux   descendient   de   la   haute   vallée   pour   rejoindre Trèbes   et   le   canal   du   Midi.   Ce   labeur,   confié   à   des   spécialistes,   les   radeliers,   nommés aussi   carrassiers   dans   le   pays,   perdurera   jusqu’à      l’arrivée   du   chemin   de   fer   à   la   fin   du XIXe siècle. La cité  se spécialisa également dans le traitement du minerai de fer au lieu dit La Forge. Elle   fut   aussi,   en   1891,   la   première   ville   du   département   à   être   éclairée   à   l'électricité.   Dans   la   seconde   moitié   du XIXe siècle, l’industrie quillanaise connut son heure de gloire avec le développement de la chapellerie. Au   début   du   vingtième   siècle,   près   de   135   000   chapeaux   de   feutre   étaient   confectionnés   chaque   année   dans   la   cité. Le   propriétaire   de   cette   usine   et   président   de   l'équipe   de   rugby   locale   permit   à   Quillan   grâce   à   un   fabuleux recrutement   d'obtenir   le   titre   de   champion   de   France   de   rugby   et   de   figurer   sur   le   prestigieux   Bouclier   de   Brennus en   1929.   Malgré   la   réputation   et   la   qualité   de   ses   productions,   la   chapellerie   déclina   irrémédiablement   après   la Seconde Guerre Mondiale. En   1952   l’usine   "Formica",   de   réputation   mondiale   s'installa   à   la   place   et   continua   la   tradition   industrielle   de   la   cité jusqu’au tout début des années 2000.
Place de la République et château Radeliers sur l'Aude

Un site sur Quillan.

Un de plus, mais pourquoi-pas?.                      Celui-ci,   sans   raconter   chronologiquement   la vie   quillanaise   du   début   du   siècle   dernier,   utilise   le support   des   cartes   postales   anciennes   pour   nous faire   redécouvrir   des   lieux   que   nous   connaissons bien aujourd’hui sous leur forme “moderne”.                      Ces   monuments,   places,   rues   ont   évolué   avec le temps, sans avoir la prétention de vous raconter   ce   que   vous   savez   peut-être   déjà,   l’envie m’est   venue   de   me   pencher   sur   cette   partie   du vingtième siècle.                   Bien   évidemment,   d’autres   l’ont   fait   avant   moi, de   manière   différente,   je   me   suis   d’ailleurs   pas   mal inspiré    de    leur    travail,    et    j’espère    ne    pas    avoir oublié de les citer. Par   moment,   ce   sont   des   photos   et   non   des   cartes postales   qui   illustrent   les   commentaires   lorsque   je ne posséde pas de support postal.
Joueuses de quilles devant l’ancienne mairie. Place Paulin Nicoleau
Jeu de quilles à l’emplacement de l’actuelle poste. On reconnait le mur des Bains Douches.

Un peu d’histoire sur les cartes postale. (Un tout petit peu)

Si   l'Autriche   fut   le   berceau   de   la   carte   postale   en   1860,   la   France   vit   son   apparition   en   1870.   Cette   année   là,   la   Société   de   Secours   aux   blessés Militaires future Croix Rouge Internationale émet une carte pour permettre la communication interne entre les comités locaux de cette société. Le   12   août   1870,   la   ville   de   Strasbourg   assiégée   par   l'armée   du   général Von Werder   refuse   toujours   de   se   rendre.   Le   comité   strasbourgeois   de   la Société   de   secours   aux   blessés   qui   possède   un   stock   de   cartes,   propose   au   général   prussien   de   laisser   les   blessés   et   les   assiégés   communiquer avec leur famille. Le général accepte. Les cartes sont affranchies d'un timbre prussien. Le   20   décembre   1972,   la   loi   de   finance   introduit   de   façon   officielle   la   carte   postale.   L'utilisation   règlementée   n'interviendra   que   le   15   janvier 1973. La   seule   illustration   de   ces   premières   cartes   postales   est   une   frise   de   4   mm   d'épaisseur   encadrant   la   partie   réservée   à l'adresse du destinataire et portant le timbre d'affranchissement et les indications administratives. Dès   1873,   les   magasins A   La   belle   Jardinière   font   reproduire   au   recto   des   cartes   officielles   de   petites   illustrations   représentant   leurs immeubles de la rue du Pont Neuf à Paris. La   carte   postale   acquiert   rapidement   ses   lettres   de   noblesse   :   ainsi,   lors   de   l'Exposition   universelle   de   1889,   une   carte   dessinée représentant la tour Eiffel sera vendue à 300 000 exemplaires. À   partir   de   1904,   décision   est   prise   d'autoriser   à   écrire   sur   le   recto   de   la   carte   postale,   qui,   à   cet   effet,   est   divisé   en   deux   parties   : l'une,   à   gauche,   réservée   à   la   correspondance,   et   l'autre,   à   droite,   à   l'adresse.   Dès   lors,   la   photographie   peut   librement   occuper   tout   le verso. Si,   à   l'origine,   la   carte   postale   est   un   document   presque   exclusivement   postal,   imprimé   par   l'administration,   à   cette   époque,   des photographes,   profitant   des   nouvelles   avancées   techniques,   vendent   leur   production   à   une   clientèle   aisée   sur   les   principaux   lieux touristiques. La   carte   postale   va   aider   la   photographie   à   se   diffuser   à   travers   le   monde   et   dans   toutes   les   couches   sociales.   Le   public   pourra tellement   s'approprier   l'image   qu'on   en   viendra   même   à   faire   développer   des   photos   au   format   carte   postale   :   c'est   ce   qu'on   appelle les " cartes-photos L'âge   d'or   de   la   carte   postale   va   de   1900   à   1920,   environ.   Elles   circulent   par   millions,   dans   le   monde   entier.   Les   éditeurs   de   cartes postales   foisonnent,   et   le   moindre   buraliste   du   plus   petit   village   tient   à   voir   son   nom   imprimé   sur   les   cartes   qu'il   ne   fait   que   diffuser, pour le compte d'un grossiste de la région. Des éditeurs quillanais trouvèrent donc leur place dans ce marché, ils sont avec d’autres à l’origine de ces clichés cartes postales.
D’autres détails sur le jeu de quilles D’autres détails sur le jeu de quilles D’autres détails sur Quillan D’autres détails sur Quillan Plan du site Plan du site Plan du site Page suivante Page suivante
©

Bienvenue

BiBibliographie. Madame TATIANA KLETSKY PRADERE “Le Livre du Souvenir”. Monsieur LOUIS GOSSE “100 ans de Rugby à Quillan”  Sites web. Le site de Jean-Pierre à Belcaire. Le site du Patrimoine Quillanais. Le site de la commune de Quillan.  Collections cartes postales. André Moresqui collectionneur  Editeurs cartes postales. Editions Ronso Quillan Editions Jean-François Quillan
Un peu d’histoire sur Quillan. (Un tout petit peu) La cité, mentionnée dès le Xe siècle, comptait pour seigneurs les archevêques de Narbonne qui y possédaient un château dès le XIIe siècle. Au XIIe siècle, un grand quartier neuf sortit de terre sur la rive gauche de l’ATAX, (Aude actuelle) apportant à la vieille cité un dédale de rues, que nous pouvons voir encore aujourd'hui. Au début du XIVe siècle, fut dressé l'actuel château, surplombant le moulin des archevêques, qui maintenant n'existe plus. La ville s'enferma alors à l'intérieur de remparts et de fossés, mais ces protections ne furent cependant pas suffisantes pour préserver Quillan pendant les Guerres de Religions. La ville et le château furent pris alternativement par les catholiques et les protestants. Après ces années de guerre, la cité retrouva sa prospérité.  Grâce à l'Aude  Quillan va connaitre sa première vocation industrielle par l'utilisation de la force de l'eau : moulins à farine, scies hydrauliques, martinets, roues d'arrosage... Ces activités s'installèrent au bord du fleuve qui s'avérait être aussi un excellent moyen de transport pour les grumes provenant des forêts avoisinantes. Ce dernier point fut primordial au développement de la ville. Au XVIIe siècle, l'administration royale entreprend une vaste "Réforme Forestière" et une "Maîtrise particulière des Eaux et Forêts" est alors implantée à Quillan. Dès lors des milliers de troncs d’arbres assemblés en radeaux descendient de la haute vallée pour rejoindre Trèbes et le canal du Midi. Ce labeur, confié à des spécialistes, les radeliers, nommés aussi carrassiers dans le pays, perdurera jusqu’à  l’arrivée du chemin de fer à la fin du XIXe siècle. La cité  se spécialisa également dans le traitement du minerai de fer au lieu dit La Forge. Elle fut aussi, en 1891, la première ville du département à être éclairée à l'électricité. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’industrie quillanaise connut son heure de gloire avec le développement de la chapellerie. Au début du vingtième siècle, près de 135 000 chapeaux de feutre étaient confectionnés chaque année dans la cité. Le propriétaire de cette usine et président de l'équipe de rugby locale permit à Quillan grâce à un fabuleux recrutement d'obtenir le titre de champion de France de rugby et de figurer sur le prestigieux Bouclier de Brennus en 1929. Malgré la réputation et la qualité de ses productions, la chapellerie déclina irrémédiablement après la Seconde Guerre Mondiale. En 1952 l’usine "Formica", de réputation mondiale s'installa à la place et continua la tradition industrielle de la cité jusque’au tout début des années 2000.